Jean-Luc Vayssière

Construire ensemble une majorité pour l’UVSQ

Jeudi 24 mars, l’ensemble de l’université a voté pour le renouvellement de ses conseils. La participation a été forte, ce dont chacun peut se féliciter. Elle n’a cependant pas permis de dégager une majorité claire parmi les élus des personnels, qu’il s’agisse du conseil d’administration ou du conseil académique.

Les listes qui soutenaient ma candidature chez les enseignants-chercheurs sont arrivées en deuxième position. Je voudrais commencer par remercier celles et ceux qui avaient pris part à ces listes, et celles et ceux qui leur ont fait confiance en votant pour eux.

Le fait marquant de cette élection est, chez les personnels, la répartition des voix entre les différentes listes dans l’ensemble des collèges, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques et par conséquent, la dispersion des sièges attribués, malgré la prime électorale accordée aux listes d’enseignants-chercheurs et assimilés arrivées en tête, même de peu. Aujourd’hui, aucune liste ne dispose d’une majorité pour désigner le président, et encore moins pour gouverner l’université.

Cette situation inédite ouvre un nouveau moment dans la vie démocratique de notre université. Il importe maintenant, pour son avenir, de faire émerger une majorité solide, permettant de prendre les décisions nécessaires pour le développement de notre communauté.

Je vais travailler dans les prochains jours à la construction d’une telle majorité, rassemblant non seulement les enseignants-chercheurs, mais aussi tous les autres personnels et les étudiants : c’est le sens même de ma démarche depuis le début que de chercher à réunir l’ensemble de ceux qui sont, au sens fort, l’université.

Ce rassemblement doit se construire dans la concertation, la confiance et la convergence. Il doit reposer sur un accord clair concernant le projet de l’université et son avenir. Il me semble qu’il existe des priorités et des points d’accord suffisamment forts parmi une majorité d’élus des conseils pour se rassembler autour d’une université de service public ambitieuse pour la recherche, pour la formation et pour le bien-être de celles et ceux qui la constituent. Il me semble aussi que mon expérience de l’université me rend capable de construire aujourd’hui un tel rassemblement.

Mon choix est donc clair, c’est celui de la démocratie universitaire. Je présenterai ma candidature au conseil d’administration, en espérant avoir créé les conditions pour réunir autour d’un projet une majorité absolue des membres du conseil, représentant une majorité absolue des électeurs, qu’ils soient enseignants, enseignants-chercheurs, personnels BIATSS ou étudiants.

C’est là une condition essentielle : la question n’est pas de gagner, mais d’assurer le bon fonctionnement des conseils autour d’une majorité stable pendant les quatre années à venir. Plus que jamais, le futur président devra travailler dans la concertation et le respect de toutes celles et ceux qui forment l’université. C’est ce à quoi je m’engage aujourd’hui devant vous.

Listes des candidats aux conseils

Conseil d’administration :

  • Stéphane Delaplace (IUT Vélizy)
  • Elsa Cortijo (OVSQ)
  • Philippe Saiag (Santé)
  • Christine Greck (Sciences)
  • Pierre Chastang (IECI)
  • Nathalie Carrasco (OVSQ)
  • Yves Poirmeur (DSP)
  • Véronique Pauly (IECI)
  • Emmanuel Marcq (OVSQ)
  • Marie-Emma Boursier (DSP)
  • Abdelhafid El Hadri (IUT Mantes)
  • Claire Chéret (Sciences)
  • Lahouari Benabou (Sciences)
  • Charlène Arnaud (ISM)
  • Stéphane Lopes (Sciences)

Commission Recherche :

  • Pierre Galtier (Sciences)
  • Valérie Ciarletti (OVSQ)
  • François Couty (Sciences)
  • Catherine Donati-Martin (Sciences)
  • Philippe Pucheral (Sciences)
  • Catherine Ottlé (OVSQ)
  • Philippe Rousselot (Santé)
  • Christian Delporte (IECI)
  • Paule Lévy (IECI)
  • Laurent Neyret (DSP)
  • Mélanie Clément-Fontaine (IECI)
  • Etienne Anheim (IECI)
  • Edwige Pons-Branchu (OVSQ)
  • Grégoire Broquet (OVSQ)
  • Nelly Gauthier (IUT Vélizy)
  • Claude Capron (Santé)
  • Anne Rochebouet (IECI)
  • François Robinet (IECI)
  • Charlotte Da Cunha (IUT Mantes)
  • Olivier Oloa (IUT Vélizy)

Commission Formation et vie universitaire :

  • Laurent Dumas (Sciences)
  • Eveline Hervé (Sciences)
  • Laurent Lechowsky (Santé)
  • Sylvie Castaigne (Santé)
  • Stéphane Olivesi (DSP)
  • Sylvie Bouffartigue (IECI)
  • Jean-Paul Vanderlinden (OVSQ)
  • Corine Simonnet (Sciences)
  • Sébastien Charles (Iut Mantes)
  • Catherine Julié (Santé)
  • Bénédicte Girault (IECI)
  • Jean-Charles Geslot (IECI)
  • Hervé Chomienne (ISM)
  • Emmanuelle Barbot (IUT de Vélizy)

Liste des candidats au Conseil d’Administration

stephane delaplace
Stéphane Delaplace
Professeur en Automatique / Robotique, j’enseigne à l’IUT de Vélizy. Je suis également intervenu en M1 et en M2 CSER pour l’UFR des sciences. Mon laboratoire de rattachement est le LISV, ma thématique de recherche portant sur l’assistance aux personnes en situation de handicap. J’ai été directeur de l’IUT de Vélizy puis vice président en charge du conseil d’administration de l’UVSQ.

 

Elsa Cortijo
Elsa Cortijo
Elsa Cortijo, directrice du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (unité mixte de recherche entre le CEA, le CNRS et l’UVSQ), chargée de mission à l’observatoire des métiers et de l’emploi scientifique du CNRS (service de la DRH). Directrice de recherche CNRS en paléocénographie, auteur ou co-auteur d’une soixantaine d’articles de rang A.

 

Philippe Saiag 2
Philippe Saiag
Philippe Saiag est PUPH en dermatologie. Spécialiste des cancers de la peau, son activité de recherche est importante (>240 articles indexés dans pubmed). Il dirige le service de dermatologie générale et oncologique à l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne. Il a dirigé pour UVSQ le DIM santé-environnement-Toxicologie de la Région Ile de France, est membre sortant du conseil scientifique d’UVSQ et de son bureau et vice-président sortant UVSQ en charge de secteur Santé.

 

christien greck
Christine Greck
Professeur de Chimie, Directrice de l’UFR des Sciences. Recherche : Institut Lavoisier de Versailles ; Thématiques : Chimie Organique de Synthèse, Organocatalyse, Chimie Verte. Responsabilités : Directrice du département de Chimie (2004-2010), Directrice adjointe de l’UFR des Sciences (2010-2015), Membre section 32 du CNU (2004-2015), Présidente de la section 32 et membre du Comité Consultatif de la CP-CNU (2011-2015).

 

Pierre Chastang
Pierre Chastang
Pierre Chastang est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’UVSQ depuis septembre 2012. De 2001 à 2012, il était maître de conférences dans ce même établissement. Depuis 2014, il dirige le laboratoire Dynamiques patrimoniales et culturelles (DYPAC, EA 2449) et il est également directeur-adjoint de l’IECI, en charge de la Recherche et du développement Paris-Saclay. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire du patrimoine écrit médiéval.

 

Carrasco-Nathalie-227x332
Nathalie Carrasco

 

 

 

 

Y.-PoirmeurYves Poirmeur
Je suis professeur de science politique à la Faculté de droit et de science politique et à l’IEP de Saint-Germain-en-Laye. J’assure les cours d’introduction à l’analyse de la communication (L3 de science politique), d’institutions politiques, de communication politique et de sociologie des mouvements sociaux (M1 de science politique), de déontologie de la communication (M2 politique de communication). Membre du laboratoire VIP, mes recherches portent principalement sur les partis politiques, la justice politique, la communication politique et les régulations juridiques. Je travaille actuellement sur la réception du principe de non-discrimination par la doctrine administrative. Je suis vice président chargé des affaires juridiques et directeur du département de science politique.

 

veronique pauly
Véronique Pauly

 

 

 

marcq_HD
Emmanuel Marcq
Emmanuel Marcq est maître de conférences au laboratoire LATMOS depuis 2008. Ses thèmes de recherche portent sur l’observation et la modélisation des atmosphères planétaires (Vénus, Mars, Terre primitive). Il est également impliqué dans l’enseignement du niveau L1 (thermodynamique en TSI au lycée Jules Ferry) au niveau M2 (planétologie).

 

silhouette
Marie-Emma Boursier

 

 

 

Abdelhafid el hadri
Abdelhafid El Hadri

Maître de Conférences (section CNU 61), en poste à l’IUT de Mantes en Yvelines depuis septembre 2003. Je suis enseignant du département GIM (Génie Industriel et Maintenance) en électronique, automatique et informatique industrielle, et co-directeur des études. J’exerce mes activités de recherche au laboratoire d’Ingénierie des Systèmes de Versailles (LISV) au sein de l’équipe Robotique Interactive sur les thématiques de contrôle/commande des systèmes robotiques.

 

claire cheretClaire Chéret
Docteur en Biologie cellulaire et Agrégée de Biochimie et Génie Biologique, j’enseigne depuis 19 ans au sein du département de Biologie en Biochimie et Physiologie dont j’ai assuré la co-direction pendant 10 ans et participé à la mise en place d’enseignements innovants. A travers mon rôle de référent handicap sur l’UFR de sciences et de responsable de l’UE handicap, je m’investis dans l’intégration des étudiants handicapés à l’UVSQ. Enfin, responsable du master MEEF – Professorat des Ecoles, je défends la place des universitaires dans la formation des professeurs des écoles.

 

Lahouari BENABOU

Lahouari Benabou
Après l’obtention d’un diplôme d’ingénieur Supméca en 1997, j’ai décidé de m’engager dans la voie de la recherche à travers la préparation d’une thèse en mécanique à l’université Lille 1 (obtenue en 2002). J’ai pu ensuite exercer pendant 4 années les fonctions de MCF à l’université de Lorraine avant de rejoindre l’UVSQ en 2007. Au département de physique de l’UFR des sciences, j’ai assuré successivement la responsabilité du master 2 mécanique, du master 1 physique-spi et je suis actuellement responsable du parcours mécanique de la licence de physique. En tant que chercheur au LISV, je suis animateur d’une des deux équipes du laboratoire et je mène des activités de recherche liées à la caractérisation et la modélisation des mécanismes de défaillance dans les matériaux. Les applications sont en particulier tournées vers l’évaluation de la fiabilité des composants de puissance utilisés dans les véhicules électriques.

 

silhouetteCharlène Arnaud

Charlène Arnaud est Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l’Institut Supérieur de Management depuis 3 ans. Experte en management public territorial, elle travaille tout particulièrement dans le secteur culturel et créatif à travers des démarches de recherche-action. Elle est actuellement responsable du Master Management Public mention Management des Organisations Culturelles et Artistiques.

 

 

 

Stéphane Lopes
Stéphane Lopes

Stéphane Lopes est maître de conférences au laboratoire d’informatique David et au département informatique de l’UFR des sciences. Ses thèmes de recherche concernent les bases de données et les systèmes d’information.
Son enseignement porte sur les bases de données et le développement logiciel.
Il est également, depuis trois ans, vice-président en charge du numérique à l’UVSQ.

 

Liste des candidats à la Commission Recherche

galtierPierre Galtier
Après une expérience de la recherche publique (thèse de 3ème cycle puis thèse d’Etat) à Paris puis à Grenoble en spectroscopie des semiconducteurs, j’ai passé 14 ans à Thales Research & Technology, ou j’ai successivement mené des recherches touchant à élaboration des matériaux puis à la caractérisation physique et fiabilité des matériaux et des composants. Professeur de physique à l’UFR des sciences depuis 2012 où j’enseigne du premier semestre de la première année jusqu’en masters, je dirige actuellement le Groupe d’Etudes de la Matière Condensée (GEMaC-UMR8635) au sein duquel j’étudie les propriétés physiques des semiconducteurs et nanostructures associées. Je participe à la structuration du département Physique des Ondes et de la Matière de l’Université Paris-Saclay.

Valérie Ciarletti

Valérie Ciarletti
Je suis professeur à l’UVSQ depuis 2008 après avoir été maitre de conférence à Paris Nord, Villetaneuse. Mes activités de recherche concernent l’électromagnétisme appliqué  au sondage et à la caractérisation des sous-sols planétaires (Planète Mars et petits corps du système solaire) et comportent un volet de développement instrumental et d’expérimentation dans des environnements naturels. Ces activités se font au LATMOS, laboratoire de l’OVSQ dont je suis directrice adjointe.

 

francois coutyFrançois Couty
François Couty est professeur à l’UVSQ depuis 2001. Chimiste organicien, il enseigne à l’UFR des sciences et mène sa recherche à l’ILV (Institut Lavoisier de Versailles : UMR UVSQ/CNRS) où il anime un groupe de chercheurs et d’enseignants chercheurs autour de la thématique « Synthèse et Réactivité ». Il est responsable de la mention de Master « Chimie et Sciences du Vivant », qui regroupe deux parcours en apprentissage, en partenariat avec l’ISIPCA. Directeur adjoint de l’ILV depuis 2006, il a récemment pris la direction de cette unité.

 

catherine Donati MartinCatherine Donati-Martin
Je suis professeur au Laboratoire de Mathématiques de Versailles (LMV, UMR 8100), à l’UFR des Sciences  et directrice du LMV depuis 2012. Mes travaux de recherche concernent les probabilités et plus précisement l’étude des matrices aléatoires et  l’analyse stochastique. Je suis membre du conseil de l’UFR des Sciences de l’UVSQ et du comité de pilotage de la Fondation Mathématiques Jacques Hadamard (FMJH).

 

 

Pucheral
Philippe Pucheral
Philippe Pucheral est professeur d’informatique à l’UVSQ et dirige l’équipe de recherche SMIS (Secured and Mobile Information Systems) commune à l’UVSQ (laboratoire DAVID) et à l’Inria (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique). Son domaine de recherche porte sur la gestion de données embarquées et sur la protection des données personnelles. Il est (co-)auteur d’une centaine d’articles de revues et conférences internationales, de 4 livres et a reçu 5 prix scientifiques. Il est également co-responsable du parcours DataScale intégré à l’Université Paris-Saclay, membre de la commission HDR de l’ED STV et membre élu du comité de pôle Données, connaissances, apprentissage et interactions de l’ED STIC de l’UPSay.

Catherine OttléCatherine Ottlé
Catherine Ottlé est chercheur au CNRS (Directeur de Recherche depuis 2002). Ses activités se situent dans la thématique générale de l’observation et de la modélisation physique des surfaces continentales autour des bilans d’énergie, d’eau et de carbone (Section 37 du CNU). Ses travaux concernent à la fois l’interprétation des signaux de télédétection et leur utilisation pour contraindre les modèles de surface via des techniques d’assimilation  et la modélisation hydrologique des interfaces continentales. Son affectation au LSCE en 2007 lui permet d’étendre ses activités à la modélisation du climat et à des études d’impact du changement climatique sur les écosystèmes. Elle a coordonné de nombreux programmes au niveau national et international et est l’auteur d’environ 100 publications référencées ISI (H-index=24). Parallèlement, elle a des responsabilités d’animation scientifique en tant que responsable d’équipe et à travers divers comités scientifiques nationaux (INSU, CNES, ANR, etc…).

silhouette
Philippe Rousselot

 

 

 

christian delporte

Christian Delporte
Professeur en histoire contemporaine, nommé à l’UVSQ en 1999. Ancien directeur d’école doctorale (COL), d’UFR (IEC) et de laboratoire (CHCSC), a été, de 2012 à 2016, vice-président à la Recherche et au Développement scientifique et VP du Conseil académique (conseil scientifique puis commission recherche). Membre du CNU (22e section).

 

 

paule levy


Paule Lévy
J’exerce depuis plus de 20 ans à UVSQ où j’ai été recrutée en 1994 comme MCF, puis en 2004 comme Professeur de littérature américaine (spécialité vingtième siècle). Je co-dirige le Master MEEF anglais. Je siège depuis plusieurs années à la CFVU et au CacFR. Je souhaiterais continuer à mettre mon énergie et mes compétences au service de l’université.

 

 

Laurent Neyret
Laurent Neyret
Laurent Neyret est professeur de droit privé et de sciences criminelles. Ses travaux portent sur le droit de l’environnement et le droit de la santé. Il a participé à plusieurs groupes de travail sur la réparation du préjudice écologique ou la lutte contre la criminalité environnementale, et remis ses recommandations à la Garde des sceaux en 2013 et 2015. Il est à l’origine d’un projet conduit avec le journal Le Monde pour remonter la piste des mafias de l’environnement.

 

 

Mélanie Clément-FontaineMélanie Clément-Fontaine
Maître de conférences habilitée à dirigier des recherches de droit à l’Université de Versailles-Saint-Quentin depuis 2007, Mélanie Clément-Fontaine a durant 6 ans codirigé le master 2 PIDAN (anciennement Master 2 NTIC). Elle est aujourd’hui directrice de l’unité de recherche DANTE (droit des affaires et des technologies). Membre du conseil d’administration de la COMUE-UPSaclay, elle est par ailleurs fortement impliquée dans les projets de recherche  et la constitution des institutions  de la  COMUE-UPSaclay. 

 

Etienne Anheim 3Etienne Anheim
Etienne Anheim est maître de conférences HDR en histoire (laboratoire DYPAC). Il enseigne en licence, master et dans le cadre de l’ESPE. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge et l’épistémologie de l’histoire. Il a participé à la direction du département d’histoire et de l’Institut d’Etudes Culturelles entre 2009 et 2012. Il est depuis 2011 coordinateur scientifique du LabEx Patrima et de l’EquipEx Patrimex et vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine. Il est élu au Conseil académique de l’Université Paris-Saclay et membre du conseil scientifique du musée du Louvre. Directeur de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales, il a publié une soixantaine d’articles scientifiques, dont 40 dans des revues internationales à comité de lecture.

Edwige_Pons-Branchu

Edwige Pons-Branchu
Edwige Pons-Branchu est maître de conférences en sciences de la terre et de l’environnement depuis 2007 à l’UVSQ, et a soutenu une HDR en 2015. Elle a été pendant 6 ans co-responsable de la licence Science de la Vie et de la Terre / Biologie Environnement. Elle développe des recherches en géochimie isotopique et géochronologie au sein du laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement. Ses thématiques de recherche portent sur les reconstitutions du climat et de l’environnement du passé par l’étude d’archives naturelles (coraux et stalagmites), mais aussi sur l’archéologie.

 

silhouetteGrégoire Broquet
Grégoire Broquet est un chercheur de l’UVSQ au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement depuis quatre ans. Il est spécialiste de l’utilisation de mesures et de modèles atmosphériques pour le suivi du cycle naturel du carbone et des émissions de gaz à effet de serre. Il a 36 ans et travaille dans le domaine de la modélisation environnementale depuis le début de sa thèse en 2003.

 

 

nelly gauthier

Nelly Gauthier
Maître de conférences hors classe à l’IUT de Vélizy, en poste depuis 1994 et chercheur au LISV dans l’équipe RI, Robotique Interactive. Activités de recherche en commande et observation de systèmes non-linéaires, application à la robotique humanoïde. Responsable d’une licence professionnelle en systèmes embarqués puis du département GEII depuis 2012. Membre élue du conseil d’IUT et du CAC Paris-Saclay.

 

 

silhouette

Claude Capron

 

 

 

 

Anne Rochebouet
Anne Rochebouet
Anne Rochebouet est maître de conférences en langue et littérature médiévales françaises à l’Université de Versailles-Saint-Quentin (IECI) depuis 2013. Elle enseigne en licence et en master et est responsable du parcours LATD (Lettres, Arts, Textes, Discours) du Master Culture & Communication. Elle est élue au CAC de l’Université Paris-Saclay. Depuis 2014, elle est directrice-adjointe du laboratoire DYPAC. Ses recherches portent sur la réception de l’Antiquité au Moyen Âge et sur la matérialité du texte médiéval.

 

François ROBINET 2

François Robinet
François Robinet est Maitre de Conférences en histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, co-responsable de la School Humanités de l’UPSAY et directeur du parcours « Journalisme et monde contemporain » de la licence d’histoire. Membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, il consacre principalement ses recherches à la médiatisation des conflits africains ainsi qu’au génocide des Tutsi du Rwanda. Il participe activement à l’animation et à la valorisation de la recherche scientifique en tant que secrétaire de rédaction de la revue Le Temps des Médias et directeur du festival d’histoire et d’analyse des médias, Les Médiatiques.

 

Charlotte Da Cunha

Charlotte Da Cunha
Charlotte Da Cunha est Maître de Conférences en Sciences Economiques à l’UVSQ depuis février 2012. Elle a un cursus universitaire multidisciplinaire guidé par la reconnaissance de l’interdisciplinarité comme une pratique collaborative entre disciplines. Ses domaines d’application sont l’adaptation des communautés côtières face aux effets des changements climatiques et la multifonctionnalité de l’agriculture en zones péri-urbaines. Elle enseigne dans le département « Techniques de commercialisation» de l’IUT de Mantes en Yvelines et en Master au sein de l’OVSQ.

 

silhouetteOlivier Oloa

Liste des candidats à la Commission Formation et Vie universitaire

laurent dumasLaurent Dumas
Laurent Dumas est Professeur en Mathématiques Appliquées à l’UVSQ, affecté au LMV, depuis 2010. Il est spécialisé dans les problèmes de modélisation et de simulation numérique (EDP, optimisation), en lien avec des ingénieurs ou des médecins. Depuis son arrivée, il a encadré trois thèses soutenues sur le sujet et en dirige actuellement trois autres. Il est également directeur du Département de Mathématiques depuis juin 2012 et responsable du parcours de M2  ‘Analyse Modélisation Simulation’ de l’Université Paris Saclay, regroupant 7 établissements et dont l’UVSQ est référent.

 

Eveline Hervé
Eveline Hervé
Le métier d’enseignant-chercheur a été pour moi un choix tant pour le bonheur d’enseigner que pour la richesse personnelle  intellectuelle sans arrêt renouvelée  par la recherche.  Professeur de mécanique à l’UVSQ depuis 1998, j’ai tour à tour été responsable de la licence de mécanique, de la section mécanique,  membre du comité scientifique de l’UFR des Sciences et présidente de la commission de spécialistes 60-62. J’effectue ma recherche dans le domaine de l’homogénéisation des matériaux composites.   Après avoir passé  5 ans au  Laboratoire des systèmes d’ingénierie de Versailles, j’effectue actuellement ma recherche dans un laboratoire extérieure. Passionnée par l’enseignement, c’est avec plaisir et pleine de convictions que j’ai accepté d’être candidate à la commission de la  Formation et  de la vie universitaire (CFVU) sur la liste « L’avenir de l’UVSQ nous rassemble ».

silhouetteLaurent Lechowsky
PUPH de gériatrie au sein de l’UFR santé de l’université depuis 2010, et Praticien hospitalier à l’hôpital sainte-Périne (APHP), Je suis particulièrement impliqué dans la pédagogie et l’enseignement. Dans la commission pédagogique de l’UFR santé, je participe activement à la réforme de l’Examen Classant National des étudiants de médecine, et suis responsable des UE universitaires des instituts de formation en soins infirmiers rattachés à notre université. Dans ce cadre je participe également au rapprochement d’avec l’Université de Saclay. Elu à la CFVU au cours de la précédente mandature, je souhaite continuer à participer activement à ses travaux.

 

Sylvie Castaigne

Sylvie Castaigne
Sylvie Castaigne est Professeur d’Hématologie Clinique à l’UVSQ, et Praticien Hospitalier exerçant au Centre Hospitalier de Versailles. Elle a créé le service d’hématologie et oncologie de cet hôpital en 1998, seul service universitaire de l’Ouest de la région Ile-de-France dans cette discipline. Elle est membre du conseil d’UFR des Sciences de la Santé Simone Veil depuis 2008, en charge de l’enseignement d’hématologie, et co-responsable de la commission de pédagogie et plus particulièrement des stages des étudiants en médecine depuis 2012. Elle a travaillé recherche sur le traitement des leucémies aigues. Elle est auteur de 185 publications dans des journaux avec comité de lecture, répertoriées sur pubmed. 

Stéphane OlivesiStéphane Olivesi
Stéphane Olivesi est professeur en Sciences de l’Information et de la Communication au sein de la Faculté de Droit et de Science politique. Coordinateur de la mention de master « Science politique », il est responsable du master « Politiques de communication. Développement des organisations » fonctionnant en alternance dans le cadre du CFA d’Alembert. Il anime depuis sa création en 2013 la revue Politiques de communication éditée par les PUG.

 

sylvie boufartigues

 

Sylvie Bouffartigue

 

 

 

Jean-Paul VanderlindenJean-Paul Vanderlinden

 

 

 

 

 

Corine simmonetCorine Simonnet
Enseignant-chercheur en chimie inorganique moléculaire à l’Institut Lavoisier de Versailles et directrice du département de chimie depuis 2010. Recherche : synthèse et propriétés des polyoxothiométallates. Responsabilités : co-responsable du double cursus Biologie Chimie depuis 2013, Responsable de la licence de chimie depuis 2015, membre de la section 32 du CNU depuis 20007 et vice-présidente du groupe 7 depuis 2015.

 

 

Sebastien CharlesSébastien Charles
Maître de Conférences en Mécanique, en poste à l’UVSQ depuis septembre 2006. J’exerce mes activités d’enseignement au sein des départements Génie Mécanique et Productique et Génie Industriel et Maintenance  de l’IUT de Mantes en Yvelines. Je suis responsable d’une Licence Professionnelle en Mécatronique et animateur de la PFT GIP ITT Mécatronique depuis 10 ans. J’effectue ma recherche au sein de l’équipe Robotique Interactive du Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes de Versailles (LISV) et me consacre à la modélisation physique de systèmes d’aide à la personne en partenariat avec le CEREMH.

 

silhouette

 

Catherine Julié

 

 

 

benedicte-giraultBénédicte Girault
PRCE d’histoire, j’enseigne depuis 2009 à l’UVSQ. Outre mon engagement pédagogique auprès de nos étudiants, je suis depuis 3 ans élue au conseil de l’IECI où j’ai appris le fonctionnement, l’action collective et les contraintes d’une composante. Plus particulièrement investie dans les formations liées aux métiers de l’enseignement, je suis responsable d’un master et je représente notre université au sein de l’ESPE de Versailles et dans les principales instances académiques. Au delà de l’importance de la formation de futurs enseignants, ces responsabilités ont été l’occasion de développer des liens, des projets et des partenariats entre l’université et les écoles, les collèges et les lycées de notre territoire.

 

jean charles geslotJean-Charles Geslot
Jean-Charles Geslot est maître de conférences en histoire contemporaine. Ancien directeur du département d’Histoire et membre élu de la CFVU, il est directeur-adjoint de l’IECI en charge des formations de licence et du Plan Réussite Licence. Membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, il travaille sur les politiques culturelles et éducatives en France et en Angleterre au XIXe siècle, et coordonne le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) en partenariat avec les Archives nationales et la BnF.

 

herve chomienneHervé Chomienne
Hervé Chomienne est Maître de conférences à de l’UVSQ depuis 2003 à l’UFR SSH dans un premier temps puis à l’Institut Supérieur de Management (ISM). Il enseigne le management et la conduite du changement dans les organisations et est aujourd’hui responsable du master 1 Management et de la mention de master Management. Chercheur en management public au laboratoire de recherche en management LAREQUOI, il travaille sur l’évolution du management et du pilotage du changement dans les organisations publiques et sur la mise en œuvre des politiques publiques. Il a été vice-président en charge du pilotage et de la qualité de l’UVSQ entre 2008 et 2012 puis vice-président en charge du pilotage et des ressources entre 2012 et 2016. Il a été préalablement directeur adjoint de l’ISM entre 2010 et 2012, directeur adjoint de l’UFR SSH (2007-2008) et directeur du département de Sciences de Gestion (2003-2007). Il a siégé comme membre élu au Conseil d’administration de l’UVSQ entre novembre 2010 et février 2016 et est membre du conseil de l’ISM depuis sa création en 2010.

jfcbaedjEmmanuelle Barbot
PRAG d’économie-gestion à l’IUT de Vélizy depuis 1992, j’interviens en DUT Informatique et en licence professionnelle. Mes enseignements s’articulent actuellement autour des aspects économiques, juridiques et organisationnels des technologies du numérique. Directrice des études pendant plus de dix ans puis chef du département informatique durant six ans, j’exerce actuellement la fonction de responsable du DUT informatique par apprentissage,  entre autres responsabilités administratives. Elue au conseil d’institut depuis 2005, je suis également membre du Comité de pilotage Formation à l’UVSQ et ai participé à l’ouverture du Chantier licence de Paris Saclay.

Profession de foi : « L’avenir de l’UVSQ nous rassemble »

Dans un paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en pleine mutation depuis dix ans, nous voulons tout d’abord réaffirmer notre attachement aux valeurs qui font l’honneur de l’Université de service public, dans toutes ses missions : la formation, depuis l’accueil des étudiants jusqu’à leur insertion professionnelle ; la recherche scientifique, individuelle et collective ; la valorisation, dans le souci du développement social et économique et des liens étroits avec notre territoire ; le rayonnement national et international. L’université est un lieu de travail intellectuel et de promotion sociale, de vie et de démocratie, d’égalité des chances et d’ouverture sur la Cité. C’est cet idéal qui nous guidera dans les quatre prochaines années.

Nous sommes heureux d’appartenir à une université de proximité ouverte à l’international, accueillante pour tous et dans laquelle les étudiants et les étudiantes réussissent mieux qu’ailleurs. Notre identité collective et notre solidarité nous permettront de porter ensemble le projet d’une université publique ambitieuse sur tous les plans. Nous souhaitons rassembler l’ensemble de notre université autour d’axes clairs, de propositions concrètes et d’engagements réalisables, dont on peut retenir les plus importants :

  • Une nouvelle organisation de la gouvernance autour d’une nouvelle équipe, qui intègre de nouvelles missions (vice-présidence dédiée à l’Université Paris-Saclay) et garantit l’indépendance (un président du Conseil académique différent du président de l’université).
  • Une stratégie tournée vers l’Université Paris-Saclay, défendant des évolutions institutionnelles innovantes et visant à développer des spécialisations dans des thématiques fortes de recherche et de formation, avec une attention particulière au niveau licence, à la veille de son intégration dans l’Université Paris-Saclay.
  • Une politique de ressources humaines dynamique, visant en priorité à la résorption de la précarité et au redéploiement des postes de BIATSS et d’enseignants-chercheurs, en lien avec une vice-présidence en charge des personnels.
  • Un engagement sur la simplification des procédures administratives en interne, dans le cadre d’une réflexion collective et d’une charge de mission, avec le souci de soulager les services centraux et communs, aussi bien que les composantes.
  • Un dispositif innovant de soutien à la recherche individuelle et collective : contrat d’objectifs et de moyens pluriannuel, compte recherche, aide au montage de projet et à la valorisation, pluridisciplinarité thématique.
  • Une attention prioritaire au mieux-être dans le cadre universitaire et professionnel, pour tous les personnels et les étudiants, en particulier par le soutien à la politique de soin, à l’égalité des carrières, à la parité et à la vie collective.

Cette ambition est aujourd’hui possible, grâce à un effort commun qui a rendu à notre université sa santé financière et ses marges de manœuvre. Nous pouvons être fiers du travail accompli car nous avons repris en main notre avenir : il reste désormais à l’inventer tous ensemble. Pour cela, nous vous proposons les grandes idées de notre programme et nos propositions concrètes pour les mettre en œuvre, autour de trois grandes thématiques :

  • notre stratégie de développement pour 2020, en lien étroit avec l’Université Paris-Saclay et notre territoire, mais avec l’ambition de renforcer notre identité au plan national et international ;
  • nos missions fondamentales de formation, de recherche et de valorisation ;
  • l’organisation de notre communauté universitaire, par la gouvernance, le pilotage et le bien-être de tous les personnels et des étudiants.

On le comprend : notre avenir est en jeu dans ces élections. Nous souhaitons le construire avec vous, dans une démarche commune, qui refuse les arrière-pensées, les calculs électoraux, les oppositions artificielles et les stratégies de division. Le succès de notre université est l’affaire de tous, et tout le monde y a sa place, quel que soit son statut individuel, son site, sa discipline. C’est dans cet esprit que nous avons souhaité nous retrouver autour de propositions claires et fortes, dans un élan collectif qui nous rassemble.

Le jeudi 24 mars, votez pour la liste

Avec Jean-Luc Vayssière, l’avenir de l’UVSQ nous rassemble !

www.vayssiere2016.fr

La formation, une mission prioritaire

La formation est une mission prioritaire de l’université. Elle fait partie des atouts de l’UVSQ dans le cadre de l’Université Paris-Saclay. Nous avons déjà beaucoup travaillé dans cette direction au cours de mon premier mandat, du Plan Réussite Licence à l’intégration des masters et des écoles doctorales dans l’Université Paris-Saclay, en passant par le développement de la PACES commune en sciences de la santé avec nos collègues de Paris-Sud. Les étudiants de l’UVSQ réussissent mieux que la moyenne nationale. La qualité de nos formations doit rester un élément clé de l’identité de notre université. C’est pourquoi je souhaite désormais lancer un nouveau chantier sur la formation universitaire, en m’appuyant sur les forces intellectuelles et pédagogiques de nos équipes.

Ce chantier s’appuiera sur quelques grands axes correspondant à la spécificité de l’UVSQ au sein du paysage de l’enseignement supérieur :

  • une attention particulière au niveau licence, qui doit être intégrée à l’Université Paris-Saclay, et qui doit compléter la constitution progressive de diplômes communs ;
  • une mise en œuvre pédagogique de la pluridisciplinarité qui nous caractérise, au profit de la formation initiale jusqu’au doctorat, mais aussi de la co-diplomation et des passerelles qui permettent de rompre les logiques tubulaires ;
  • une valorisation des formations de « niche » adaptées aux compétences des enseignants-chercheurs, en lien avec les laboratoires, favorisant les partenariats, l’insertion professionnelle et propres à assurer l’attractivité de notre université ;
  • un soutien à l’innovation pédagogique par la recherche et par les nouvelles technologies, avec l’ambition que l’UVSQ joue un rôle central dans le Learning Center de l’Université Paris-Saclay, programmé pour 2018-2019 ;
  • un développement des échanges internationaux en encourageant les mobilités entrantes et sortantes, avec une politique de formation linguistique adaptée (certifications en langues étrangères, apprentissage du français pour les étudiants étrangers).

Sa mise en œuvre débutera par plusieurs objectifs ciblés sur lesquels l’université portera son effort :

  • la mise en place dans les meilleures conditions possibles des licences « Paris-Saclay », qui sont actuellement en cours de discussion. Il m’importe en particulier de faire valoir les spécificités de l’UVSQ maintenir nos licences disciplinaires générales sur nos sites, L3 comprise ; renforcer les liens entre DUT, licences professionnelles et diplômes en poursuite d’études ; accompagner les formations de médecine dans le rapprochement avec Paris-Sud avec l’appui et le soutien politique des collectivités territoriales ; développer nos doubles licences et nos licences pluridisciplinaires ;
  • l’accompagnement des personnels de scolarité dédiés à ces licences, du point de vue de l’information, de la formation et de l’encadrement, pour que cette nouvelle étape de notre évolution ne constitue pas un obstacle professionnel ;
  • le développement d’un projet ambitieux de réussite en licence, qui dépasse la focalisation sur le taux de réussite en première année. En effet, la licence se caractérise par deux ruptures de charge, en amont avec le lycée, en aval avec le master. La réussite en licence doit donc maintenant être envisagée dans l’ensemble de ce continuum : il faut continuer à mettre en place des outils d’accueil et d’orientation des lycéens, mais il faut aussi travailler sur l’orientation des étudiants de L3 en master, et leur donner les moyens de réussir à entrer dans le master de leur choix, dans l’Université Paris-Saclay ou ailleurs. La réussite en licence, cela doit d’abord s’évaluer à cela : non pas seulement l’obtention du diplôme, mais une poursuite d’étude satisfaisante pour un projet professionnel personnalisé ;
  • l’identification, de la licence au doctorat, des bonnes pratiques pédagogiques (soutien, tutorat, pédagogie inversée, approche par résolution de problèmes, co-working, projets pluridisciplinaires, learning by doing, ressources et cours en ligne, conseils de perfectionnement), dans le dialogue avec les composantes, et leur généralisation au sein de l’université, avec un soutien financier et humain, et une aide au dépôt de projets financés au sein de l’Université Paris-Saclay, qui donne accès à d’importantes ressources pour les projets pédagogiques innovants ;
  • l’intensification, dans le cadre de l’Université Paris-Saclay, de la formation par la recherche et à la recherche et l’entreprenariat, en particulier au niveau master et doctorat, en lien avec les spécialités de nos laboratoires, avec une politique ciblée d’aides aux étudiants (encadrement, bourses, environnement, mobilité, apprentissages techniques et linguistiques, formation doctorale) et une politique institutionnelle d’établissement cohérente au niveau des diplômes de Paris-Saclay (formation du personnel de scolarité, animation et coordination des responsables UVSQ des écoles doctorales, interventions concertées fondées sur une interface avec le futur Vice-président délégué à la COMUE notamment au niveau des écoles doctorales en cas de dysfonctionnement, etc.) ;
  • la croissance de la place de l’apprentissage dans nos formations (l’UVSQ se classe aujourd’hui au 3e rang des universités françaises). L’apprentissage facilite l’insertion professionnelle des étudiants (le cursus en alternance permet à des étudiants issus de milieux modestes de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions : contrats de travail, rémunérations, réseaux, etc.). Le modèle de l’apprentissage apporte une expérience généralisable, en particulier des conseils de perfectionnement (permettant rapprochement, évaluation, adaptation) ;
  • le soutien à la formation tout au long de la vie, par l’extension d’initiatives existantes, comme le Portefeuille d’Expériences et de Compétences, qui donne une meilleure maîtrise de son futur parcours professionnel à l’étudiant, et par le renforcement de l’offre de formation continue en adéquation avec les projets professionnels des salariés et les besoins des milieux socio-professionnels (progression de carrière, mise à niveau des connaissances, acquisitions de nouvelles compétences).
00006518

Pour une recherche ambitieuse et collective

Depuis son origine, notre université a choisi d’investir dans la recherche et de mettre en avant la qualité scientifique de ses laboratoires. En prenant part aujourd’hui à l’Université Paris-Saclay, nous franchissons une nouvelle étape, animée d’une nouvelle ambition, que je veux porter avec vous dans les quatre prochaines années.

Dans ce nouveau paysage de la recherche, j’ai eu l’occasion de l’indiquer dans mon billet sur ma stratégie dans l’Université Paris-Saclay, l’UVSQ a des atouts essentiels : la qualité et la cohésion de ses équipes, la grande variété de ses domaines disciplinaires, enfin l’existence de secteurs spécialisés reconnus au niveau international. Mon objectif sera de m’appuyer sur ces atouts pour faire de l’UVSQ un pôle scientifique innovant au sein de l’Université Paris-Saclay.

Ma priorité sera de donner à l’UVSQ des moyens afin que son identité intellectuelle soit forte et claire. Trois directions complémentaires seront privilégiées :

  1. Identifier, soutenir et porter dans l’Université Paris-Saclay des projets pluridisciplinaires et interdisciplinaires, qui témoignent de notre compétence toute particulière dans la transversalité scientifique et contribuent à l’innovation intellectuelle d’une manière décisive.
  2. Développer des recherches dans des domaines et des thématiques disciplinaires ciblées pour lesquelles notre université est visible et a sa propre identité. Il s’agira de soutenir ces activités, leur visibilité dans l’Université Paris-Saclay et au-delà, et leur valorisation.
  3. Aider des activités de recherche dans des domaines scientifiques concurrentiels à trouver leur place dans le paysage universitaire de Paris-Saclay en favorisant les collaborations avec les acteurs scientifiquement proches sur le plateau de Saclay et en aidant les équipes de l’UVSQ à obtenir des moyens par notre participation à des projets structurants (AAP ciblés, Initiatives de recherche stratégiques …) et des structures transverses (IDEX, LabEx, LIDEX).

Dans cette perspective, et avec l’aide de la Commission Recherche du Conseil académique, je voudrais mettre en place des mesures très concrètes :

  • une politique d’identification et de soutien des thématiques innovantes et transversales au sein de l’université, qui s’accompagnera d’aides financières ciblées pluriannuelles ;
  • une contractualisation pluriannuelle avec les laboratoires, aussi bien pour ce qui concerne les recrutements que les budgets, de manière à pouvoir envisager des actions programmées dans le temps long avec un véritable engagement de l’université ;
  • une aide financière pour le montage de projets européens et internationaux (remboursable en cas d’obtention du projet) et un soutien logistique pour la réponse aux appels à projets de l’Université Paris-Saclay ;
  • un pilotage de nos équipes et de nos projets de recherche en concertation étroite avec les grands organismes (CNRS, INSERM, INRIA…), dans le prolongement des liens que j’ai personnellement développés ces dernières années avec les présidences et directions opérationnelles de ces institutions ;
  • un travail de valorisation accentué, en particulier en direction de la Société d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) de l’Université Paris-Saclay , accompagné de formation spécifique des personnels enseignants-chercheurs et administratifs qui le souhaiteraient ;
  • un interlocuteur unique par projet au niveau des services centraux et un référent de la direction de la recherche pour chaque laboratoire, de manière à ce que tant la politique de simplification administrative que je porte comme une proposition majeure de cette campagne que mon souci de créer du lien et de la proximité entre toutes les équipes (scientifiques, pédagogiques et administratives) au sein de notre université trouvent à s’incarner concrètement dans une politique de recherche ;
  • une attention particulière envers les jeunes chercheurs qui seront encouragés à présenter des projets, et plus largement, une politique de démocratisation du soutien à la recherche, qui passera par des aides spécifiques et des formations ciblées en faveur des chercheurs qui ne sont pas familiers des nouveaux mécanismes de financement de la recherche, pour éviter qu’une recherche à deux vitesses s’instaure dans nos laboratoires ;
  • un soutien spécifique à la formation doctorale et aux doctorants, aussi bien au niveau de l’UVSQ que comme priorité à défendre dans l’Université Paris-Saclay ;
  • une analyse et un renforcement de l’articulation recherche-formation en impliquant les laboratoires, les responsables de masters et les écoles doctorales sur nos thématiques fortes, de manière à mettre en cohérence offre de formation et potentiel de recherche, à encourager l’innovation pédagogique par la recherche et à renforcer l’attractivité nationale et internationale de l’UVSQ, de ses diplômes et de ses équipes.

L’application de ces mesures concrètes sera l’objet d’un suivi par les Comités Consultatifs de Recherche mis en place par mon équipe, le conseil des laboratoires, qui sera régulièrement réuni, et par la Commission Recherche, sous la responsabilité d’un(e) nouveau vice-président(e) en charge de la recherche.

 

Jean-Luc Vayssière

2012-2016 : mes engagements, nos réussites

Lorsque mon équipe et moi avons été élus à la tête de l’université en 2012, nous avons dû faire face à une situation financière plus dégradée que nous l’imaginions, qui nous a tous conduit aux difficultés traversées en 2013-2014. Il me paraît important, en ce début de campagne, de faire le point sur cette question.

Après quatre ans, si des efforts importants ont été consentis, s’il a fallu parfois contraindre nos marges de manœuvre, j’ai aujourd’hui une triple satisfaction. D’abord, d’avoir constaté notre solidarité sans faille dans les moments critiques. Ensuite, d’avoir conduit l’université à retrouver la santé financière. Enfin, d’avoir continué à impulser des projets et à développer l’attractivité de l’UVSQ, puisque le nombre d’étudiants est passé de 16 000 à 18 000 entre 2012 et 2016.

D’une situation de déficit en 2012, l’université est passée à une situation saine et en net bénéfice en 2014. Tous les indicateurs, de trésorerie, de capacité d’autofinancement et de fond de roulement sont au vert depuis 2014. Tous ces chiffres sont détaillés pour 2012 et 2014 dans le tableau qui suit, et toutes ces tendances se confirment pour le bilan comptable 2015, actuellement en cours.

chiffres clés OK

La masse salariale est l’objet d’une croissance maîtrisée, ce qui permet aujourd’hui de nouvelles campagnes d’emploi dans tous les secteurs de l’université. Nos capacités d’engagement financier sont également en nette augmentation. Mais dans le même temps, les investissements de l’université ont été poursuivis : on peut citer en particulier un investissement de 5 millions dans les plateformes médicales de l’université, et un projet immobilier en Partenariat Public-Privé pour l’UFR de médecine d’un coût de 4 millions d’euros. Malgré la conjoncture, beaucoup d’engagements annoncés dans le projet présenté en 2012 ont été réalisés, dans le respect d’une philosophie de défense du service public qui a toujours été la mienne.

Je me suis personnellement engagé, dès la rentrée 2012, dans la clarification de notre choix stratégique en faveur de l’Université Paris-Saclay. Cette décision essentielle pour l’UVSQ est aujourd’hui un succès. Elle a assuré la place et la visibilité de l’université, le développement de ses écoles doctorales et de ses masters, mais aussi la mise en place de nouvelles collaborations scientifiques entre équipes et laboratoires au niveau du plateau de Saclay.

Les partenariats industriels ont pris une nouvelle ampleur avec une montée en puissance de l’implication de nombreux laboratoires de l’UVSQ dans la fondation partenariale VeDeCOM, de même que les liens avec les collectivités locales, comme le montre l’accord cadre autour de la mobilité a été conclu avec Versailles Grand Parc. Les collaborations engagées avec l’Université de Cergy-Pontoise ont débouché sur la création de l’Institut d’Etudes Politiques de Saint-Germain-en-Laye et sur la mise en place de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education de l’académie de Versailles. La Fondation UVSQ a été dynamisée, avec des résultats très positifs, tandis que d’autres outils ont été créés, comme la Fondation des Sciences du Patrimoine, en partenariat avec l’UCP, le Château de Versailles, le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et sous le patronage du Ministère de la Culture.

La réorganisation de l’université, annoncée en 2012, a été conduite à son terme sur plusieurs plans. C’est le cas aussi bien dans le domaine de l’immobilier, dont la gestion a été rationalisée depuis trois ans, dans celui des systèmes d’information qui ont fait l’objet d’un important investissement, que dans celui des bibliothèques. Les services centraux ont également été considérablement remaniés, en produisant des simplifications d’organigramme, des économies d’échelle et un meilleur fonctionnement institutionnel au service de la communauté universitaire.

La structuration en grandes thématiques de référence a permis de rendre plus lisible l’activité scientifique de l’université. Au sein de cette dynamique, les équipes ont obtenu un soutien continu de l’équipe présidentielle dans le cadre d’un dialogue intensifié avec les directions de laboratoire, selon les modalités qui avaient été envisagées en 2012. La communication scientifique a été renforcée, de même que le service de valorisation, ce qui a permis l’aide au montage de projets avec la SATT Paris Saclay ; des projets nationaux ANR, FUI et européens H2020. Ainsi, le rayonnement international de l’université n’a cessé de croître, même si les relations internationales restent un point sur lequel nous pouvons nettement progresser.

Conformément aux engagements de 2012, le personnel, toutes catégories confondues, a été non seulement informé mais largement associé à la conduite des affaires universitaires. Les conseils ont fonctionné de manière véritablement collégiale et d’autres instances, comme le comité des directeurs de composantes, ont joué un rôle-clé dans le gouvernement démocratique de l’université. J’ai multiplié les rencontres avec l’ensemble du personnel dans les différents sites de l’université. Une attention particulière a été consacrée à la politique de titularisation du personnel précaire, à l’égalité homme/femme, ainsi qu’à la prise en charge du handicap.

Le projet de Maison des étudiants est en train de s’achever, ce qui manifeste le souci de mon équipe de bâtir une université tournée vers la réussite mais aussi le bien-être des étudiants. La constitution d’un réseau d’anciens étudiants, dans cette perspective, joue un rôle stratégique essentiel, et parachève la politique d’insertion professionnelle. L’aide à la réussite a été l’un des investissements principaux de l’université, en particulier à travers le plan réussite licence, mais l’accent a aussi été mis sur la singularisation de la formation universitaire par rapport à d’autres formations, en particulier grâce à la formation par la recherche.

On le voit, malgré l’écho public injustement donné à nos difficultés, nous pouvons être fiers du travail accompli. Je remercie chaleureusement tous les personnels de l’université de leur engagement sans faille, les bons comme les mauvais jours. Je sais que cela n’a pas toujours été facile. L’expérience que j’ai acquise à cette occasion, celle du redressement collectif d’un établissement auquel je suis profondément attaché, ne rend que plus forte mon envie de construire l’avenir autour de nouveaux projets, avec vous et pour vous.

DBLE_p_grd_angle_UVSQ_mag3

Une stratégie claire pour l’UVSQ dans Paris-Saclay

Il y a quatre ans, lorsque vous m’avez élu président, les partenariats stratégiques de l’UVSQ étaient mal définis. Je me suis engagé dès les premières semaines de mon mandat dans un processus de clarification. Aujourd’hui, l’UVSQ est un acteur à part entière de l’université Paris-Saclay. Cette décision essentielle pour nous est, je le crois, un succès. Elle a assuré la place et la visibilité de l’université, le développement de ses écoles doctorales et de ses masters, mais aussi la mise en place de nouvelles collaborations scientifiques entre équipes et laboratoires au niveau du plateau de Saclay ainsi que de nombreux projets de valorisation des résultats de recherche financés par la Société d’Accélération de Transfert Technologique (SATT). Beaucoup d’entre vous se sont déjà investis dans les groupes de travail, les schools, les départements et les conseils de Paris-Saclay : je les en remercie.

L’université Paris-Saclay est un ensemble original et complexe, dont les contours sont encore en discussion. Il s’agit de construire ensemble un pôle de recherche, d’innovation et de formation de niveau mondial. L’UVSQ possède de nombreux atouts pour y jouer un rôle de premier plan : notre potentiel pluri- et interdisciplinaire dans la recherche et la valorisation comme dans la formation, notre ancrage territorial, notre maîtrise des logiques partenariales, en particulier avec le monde socio-économique, le dynamisme de nos personnels et la vitalité de nos étudiants. C’est fort de cette expérience et entouré de celles et ceux qui ont travaillé jusque-là à bâtir ce grand projet que je veux désormais affirmer une stratégie claire et réaliste pour l’UVSQ au sein de Paris-Saclay.

Cette stratégie repose sur trois principes :

  1. Nous devons affirmer notre identité universitaire et pluridisciplinaire. Nous avons le plus large spectre disciplinaire de tous les établissements de la COMUE, et des compétences uniques dans le domaine de la formation, de la recherche et de la valorisation, qui doivent être mises en avant. Nous devons également faire valoir notre culture d’université de service public dans la gouvernance de l’université Paris-Saclay.
  1. Nous devons puiser de nouvelles compétences et de nouvelles ressources dans ce nouveau cadre. Dans le domaine de l’internationalisation de l’UVSQ, en particulier en recherche, de sa visibilité, dans le développement de réseaux  et des liens avec le monde de l’entreprise (grands groupes et PME/PMI) et la réponse à des appels à projets, comme pour la communication, la documentation ou la formation continue, l’université Paris-Saclay nous offre un nouvel horizon.
  1. Nous devons être une force de proposition et de pilotage dans nos domaines de compétence en recherche et en formation, en démontrant, dans nos thématiques fortes, que l’UVSQ peut constituer un laboratoire d’innovation pour l’ensemble de la COMUE et pour l’IDEX.

La mise en œuvre de cette stratégie passera par des dispositions concrètes de mon projet :

– L’UVSQ jouera pleinement son rôle dans la définition institutionnelle de l’université Paris-Saclay, non seulement au niveau de la gouvernance centrale, mais aussi par des propositions sur le fonctionnement des écoles doctorales, des départements et des schools, en s’appuyant sur nos points forts.

– Des thématiques scientifiques interdisciplinaires spécifiques à l’UVSQ, qui s’inscriront dans les défis de rupture de l’Université Paris-Saclay, feront l’objet d’un soutien financier et humain et d’une politique pro-active en direction des institutions de la COMUE et de l’IDEX pour des périodes de cinq ans.

– Un groupe de travail sur l’intégration du premier cycle (licences et DUT) sera lancé pour préparer au mieux la prochaine phase de développement de l’université Paris-Saclay, en mettant en valeur ce qui fait notre spécificité et notre attractivité et en imaginant à la fois des nouveaux cursus et des dispositifs innovants d’aide à la réussite, non seulement pour la licence, mais dans le continuum lycée/master.

– Nous intensifierons nos partenariats avec la SATT et les organismes de recherche (CNRS, INSERM, CEA, INRA, INRIA…) présents sur le plateau de Saclay, en lien direct avec les directions nationales et avec les unités mixtes dont nous sommes partie prenante, pour mettre en œuvre une politique de recherche commune.

– Une vice-présidence dédiée aux relations avec la COMUE sera créée, avec pour mission de coordonner directement auprès de moi cette stratégie de développement dans les quatre prochaines années.

Le 24 mars 2016, les étudiants et les personnels de l’UVSQ sont appelés à voter pour choisir leurs nouveaux représentants au Conseil d’administration (CA) et au Conseil académique (CAc) constitué de deux commissions, la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) et la Commission de la recherche (CR). Quand, où, comment, pourquoi voter ? Les réponses sont sur le site www.elections.uvsq.fr .
Jean-Luc Vayssière

L’avenir de l’UVSQ nous rassemble

Chères collègues, chers collègues,

Comme je m’y étais engagé avant les vacances, je souhaite aujourd’hui m’adresser à vous pour vous dire pourquoi je suis candidat à un nouveau mandat à la tête de notre université. Dans un paysage de l’enseignement supérieur en pleine mutation depuis dix ans, je veux tout d’abord réaffirmer mon attachement aux valeurs qui font l’honneur de l’Université de service public, dans toutes ses missions : la formation, depuis l’accueil des étudiants à l’université jusqu’à leur insertion professionnelle ; la recherche scientifique, individuelle et collective ; la valorisation, dans le souci du développement social et économique et des liens étroits avec notre territoire. L’université est un lieu de travail intellectuel et de promotion sociale, de vie et de démocratie, d’égalité des chances et d’ouverture sur la Cité. C’est cet idéal qui me guidera, ainsi que toute mon équipe, dans les quatre prochaines années. Nous pouvons être fiers d’appartenir à une université de proximité au rayonnement international, ouverte à tous mais dans laquelle les étudiants et les étudiantes réussissent mieux qu’ailleurs. Notre identité collective et notre solidarité nous permettront de porter ensemble le projet d’une université publique ambitieuse sur tous les plans. Mon expérience, ma connaissance de notre établissement, du territoire et de ses acteurs, mais aussi mon engagement continu sont des atouts que je mettrai au service de notre réussite commune et de notre stratégie d’avenir.

Seule une vision claire et réaliste de notre futur conduit à un projet cohérent autour d’une équipe renouvelée. Ma stratégie pour l’avenir passe par l’Université Paris-Saclay, dont j’ai été, avec toute mon équipe, l’ardent défenseur. Si toutes les difficultés de sa construction ne sont pas encore résolues, la volonté de donner corps à l’Université Paris-Saclay est bien présente, des équipes sur le terrain jusqu’aux plus hauts responsables de notre pays. Cette Communauté d’Universités et d’Etablissements est originale. Réunissant un grand nombre de partenaires de cultures différentes, elle constitue le plus grand pôle de recherche et d’innovation en France. Nos qualités nous permettent d’y jouer dès aujourd’hui, et plus encore demain, un rôle tout à fait particulier. Avec l’Université Paris-Saclay, nous sommes au cœur d’un vaste projet de recherche, de formation et d’aménagement du territoire, qui nous apportera des moyens supplémentaires, une visibilité nouvelle et la possibilité de susciter des projets collectifs nouveaux. Mais il nous faut aussi saisir l’occasion de défendre et d’illustrer notre culture universitaire au sein de cet ensemble. En affirmant notre identité pluridisciplinaire et la qualité de notre recherche dans des secteurs de pointe, en participant au développement des nouveaux diplômes, en nous engageant dans les institutions de gouvernance de Paris-Saclay pour rester maîtres de notre destin, nous serons au meilleur de nous-mêmes, à la hauteur des ambitions que je nourris pour l’UVSQ.

Nos laboratoires ont un rôle fondamental à jouer dans cette perspective. Le projet scientifique que je porte proposera des dispositifs nouveaux de soutien à la recherche individuelle et collective, permettant d’encourager les thématiques fortes de notre établissement, mais aussi de démocratiser la recherche en aidant davantage les collègues au montage de projet, au partage des tâches équilibré entre enseignement et recherche, et à la valorisation des ruptures scientifiques. Il développera aussi d’étroites relations avec les grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, INRA, CEA…) et avec la SATT, pour renforcer notre ancrage au sein de Paris-Saclay.

Mon projet est également nourri par une réflexion de fond sur la place du premier cycle universitaire. Il faut que nos licences et nos DUT trouvent toute leur place dans l’Université Paris-Saclay, en gardant spécificité et attractivité. La réussite en licence doit s’entendre dans un cadre plus large : nous devons mieux accueillir les étudiants au sortir du lycée, et mieux les préparer à intégrer les masters de leur choix. Cet effort, appuyé sur la formation par la recherche et notre richesse interdisciplinaire, se poursuivra en master et doctorat. Il sera une contribution forte et originale de l’UVSQ au dispositif de formation de l’Université Paris-Saclay. De la Maison des étudiants en voie d’achèvement au projet de learning center de Saclay dans lequel nous prendrons toute notre part, nous porterons haut l’attractivité de l’UVSQ et l’attention à la réussite et à la vie étudiantes.

Enfin, mon projet concerne l’ensemble de notre communauté, sans distinction de grade ni de fonction. Les instances d’échanges seront développées et renforcées pour approfondir notre démocratie universitaire et les conseils joueront pleinement leur rôle. Nous veillerons à ce que le redéploiement des emplois qui s’amorce soit non seulement un outil au service de choix véritables (thématiques scientifiques de pointe, développement administratif dans les composantes et dans les services centraux, etc.), mais aussi au service d’engagements forts dans le domaine des conditions de travail du personnel, de l’égalité homme/femme, de l’accueil des personnes en situation de handicap et du bien-être au travail, en particulier pour celles et ceux travaillant dans les secteurs les plus fragilisés de notre université.

Cette ambition est aujourd’hui possible : grâce à notre effort commun, notre université a retrouvé la santé. Alors que le bilan financier était négatif lorsque je suis entré en fonction, il est à ce jour positif sur tous les plans. L’avenir de l’UVSQ doit être un élan collectif, et non un retour en arrière. Je refuse les oppositions artificielles et les stratégies de division : le succès de notre université est l’affaire de tous, tout le monde y a sa place, quel que soit son statut individuel, son site, sa discipline. C’est pourquoi je vais rencontrer dans les prochaines semaines les personnels de chaque composante et de chaque site. La politique de l’UVSQ doit être à la fois ambitieuse, réaliste et partagée. Notre dialogue sera une force qui enrichira ce projet. Un président doit fixer un cap, porter des propositions fortes, mais chacun et chacune doit se sentir responsable du destin de l’université. Tout au long de la campagne, je détaillerai mes propositions et je répondrai à vos questions, devant vous et au travers de ce blog, pour que le projet que je porterai le 24 mars avec mon équipe soit celui du rassemblement de toute notre communauté vers l’avenir.

 

Ma déclaration de candidature

Chères collègues, chers collègues,

je souhaite vous adresser quelques mots, après une année qui a été marquée, dans notre pays, par des événements tragiques. Je tiens à réaffirmer, au nom de l’université, notre attachement aux valeurs démocratiques et fraternelles qui sont au fondement même de notre mission, contre toutes les formes d’intolérance qui se développent aujourd’hui.

Le projet d’université que mon équipe et moi avons porté depuis bientôt quatre ans se nourrit de cet attachement essentiel, qui nous a permis de traverser avec solidarité les difficultés récentes et de rendre à l’UVSQ, aujourd’hui, la place qu’elle mérite au sein du paysage universitaire français, comme en atteste son rôle dans la construction de l’université Paris-Saclay.

Les mois qui viennent, vous le savez, vont être marqués par l’élection des conseils puis du président de l’université. Je souhaite vous annoncer dès maintenant ma candidature à cette fonction, soutenue par une équipe large et renouvelée, avec l’espoir que nous puissions, toutes et tous ensemble, écrire une nouvelle page de l’histoire de notre université.

J’ai traversé avec vous bien des épreuves mais je n’ai jamais renoncé au redressement de notre université tout en refusant de la soumettre à une logique comptable aveugle. J’ai aussi acquis durant ces années une grande connaissance de la gestion de notre université et de son positionnement académique, politique et économique. C’est sur la base de cette expérience qui nous est commune que je veux aujourd’hui impulser un nouvel élan et porter une nouvelle ambition pour l’UVSQ, au moment où l’avenir de l’université Paris-Saclay se décide.

Le socle de notre université reconstitué, nous pouvons envisager l’avenir avec confiance et grâce au dynamisme de toutes ses équipes, ouvrir de nouveaux chantiers fondés sur ce qui forge l’identité de l’UVSQ : sa richesse disciplinaire, son fort ancrage territorial, sa capacité à innover et évoluer, son attachement à un service public de qualité. C’est dans cette perspective que je voudrais rassembler l’ensemble de notre communauté autour d’un nouveau projet, ambitieux et collectif, pour assurer le développement et le rayonnement de notre université.

J’aurai à cœur, dès le mois de janvier, de venir à votre rencontre pour vous présenter les grandes orientations de mon projet que, par nos échanges, nous enrichirons ensemble.

Bien cordialement à vous,

Jean-Luc Vayssière